Midilibre.fr
Tous les blogs | Alerter le modérateur| Envoyer à un ami | Créer un Blog

29/09/2014

Que d'eau, que d'eau !

Cette citation du Maréchal Mac Mahon devant une crue de la Garonne qui inonda Toulouse en 1875 devient d'une actualité dominante depuis quelques temps dans notre région, et le temps n'a pas amoindri les dégâts qui sont occasionnés quand les sols sont gorgés d'eau, que les ruisseaux alimentent des retenues colinéaires qui se brisent avec une vague de débordement ou encore que l'Hérault élargisse son lit jusqu'à l'intérieur de nos villages.

L'urbanisation et la capacité des réseaux pluviaux constituent la cause essentielle des inondations dans nos villages du Cœur d'Hérault ; l'artificialisation des sols, quand elle est nécessaire, doit toujours se faire dans une approche globale à long terme.

inondation,hérault,vigilance orange
Le cours national à Paulhan soumis au ruissellement collinaire
Crédit photo Océane Boudé - 29/09/2014

Mais les travaux réalisés dans la décennie écoulée sur le réseau pluvial de Paulhan nous éloignent des grandes inondations de la fin des années 90 dans les quartiers de Saint-Martin ou de Saint-Mathieu. Et si les pompiers n'avaient pas été sollicités sur Paulhan à la mi-septembre, l'épisode d'hier a quand même nécessité de petites interventions ; la commune de Paulhan reste assez épargnée quand des dizaines de sorties sont requises dans les communes voisines du fleuve Hérault, en partie aval, et ce n'est rien à côté des drames survenus au nord du département il y a deux semaines. Il reste néanmoins des travaux à réaliser pour achever le programme d'action prévu sur le pluvial de Paulhan (essentiellement des bassins de rétention à l'ouest de l'ancienne nationale). Il y a aussi à entretenir régulièrement les ruisseaux et les avaloirs du pluvial, car tout obstacle au bon écoulement des eaux de ruissellement peut avoir des conséquences exceptionnelles, comme hier à Saint-Pargoire et dans des communes voisines de la rive gauche de l'Hérault. Et attention,  même avec toutes les précautions et tous les équipements en place, le danger n'est jamais écarté !

A savoir aussi que les services de l’État publient en continu l'état des cours d'eau sur tout le territoire, et chacun peut consulter ces données sur le site http://www.vigicrues.gouv.fr/ Avant d'envisager une sortie à pied ou en voiture, pour préserver les personnes et leurs biens, mais aussi les animaux, la consultation de ce site dès que notre département est classé en vigilance orange devrait être généralisée.

Carte.JPG

Des stations de mesure sont positionnées tout au long des cours d'eau, elles permettent de caractériser la hauteur et le débit de l'eau et ainsi de présenter une carte évolutive de l'impact des précipitations.

En sélectionnant une station de mesure, comme ici avec Aspiran, chacun peut suivre la montée ou la baisse d'une crue :

Débit_Aspiran.JPG   Hauteur_Aspiran.JPG

Si par le passé ces publications Web n'étaient consultées que depuis un bureau par des fonctionnaires chargés de ce suivi, chacun peut désormais mettre ces pages-là en favoris sur son Smartphone ...

A noter que la commune de Paulhan dispose depuis l'été 2010 d'un Plan Communal de Sauvegarde (PCS) - un exercice de simulation avait d'ailleurs permis de le mettre à l'épreuve en février 2012 (cf. La lettre du Maire) - et qu'un document synthétique est mis à la disposition de tous les administrés, c'est le Document d'Information Communal sur les RIsques Majeurs (DICRIM) :

DICRIM.JPG

19/09/2014

Journées européennes du patrimoine, le Clermontais s'y associe pour sa 17ème édition

Ce week-end des 20 et 21 septembre 2014, les communes du Clermontais, la Communauté de communes et les associations locales du territoires se mobilisent pour offrir aux visiteurs des moments privilégiés de découverte. Qu'il s'agisse du patrimoine culturel ou naturel, le Clermontais ne manque pas de ressources.

 

Affiche JDP 2014
[Cliquez sur l'image pour télécharger le programme]

 

C'est à Cabrières que cette 17ème édition démarre dès ce vendredi avec le vernissage de l'exposition « De la natura de quauquas bèstias », de Pierre François, mise à disposition par le CIRDOC. Le théâtre intercommunal Le Sillon de Clermont l'Hérault s'installera à Cabrières pour deux représentations, mais de nombreuses autres communes seront aussi de la partie.

15/09/2014

Conseil municipal du jeudi 18 septembre 2014

C'est un ordre du jour copieux qui attend les élus de Paulhan ce jeudi à 18h30. Après la lecture par le maire des décisions prises pendant l'été par délégation du Conseil municipal, et après l'approbation du procès-verbal de la séance du 3 juillet, les élus aborderont les 17 points qui ont tous fait l'objet d'un examen préalable en commission interne.

La note de synthèse de cette séance évoque de nombreux points "administratifs", comme les désignations d'élus dans les commissions et autres structures externes, l'approbation de rapports d'activité de syndicats mixtes, etc. Mais ce sont les points à incidence financière qui seront à aborder dans le détail.

Concernant le parking du terrain multi-sports, rue de la colline, son coût qui était prévu à 125.000 € dans le budget 2014 passe désormais à 175.883 € dans la modification budgétaire du point n°11. Et pour mettre un peu de beurre dans les épinards, le conseiller général Alain Cazorla apporte une subvention de 30.000 € sur son hors-programme personnel quand le sénateur Robert Navarro promet lui 10.000 € sur sa réserve parlementaire (s'il est réélu le 28 septembre).

Le 15 mai 2014, la mairie organisait une réunion publique à la salle des fêtes où le cabinet SERI (qui assiste le maître d'ouvrage) donnait les détails de ce projet de parking. Pour le coût, M. Jean-François Ruiz, le Directeur de SERI, évoquait une fourchette de 102.000 € à 138.000 € TTC, selon trois options qui étaient liées à l'implication des agents de la commune sur certains lots du chantier. Mais il est important de noter que le plateau multi-sports réalisé par la société Agorespace a coûté lui 76.110 € HT !

Panneau_Financier.JPG

Un autre projet municipal ne sera pas neutre financièrement, c'est celui de la vidéo-protection pour lequel la Préfecture de l'Hérault a accordé à la commune de Paulhan l'autorisation de mise en oeuvre pour une durée de cinq ans renouvelables (cf. arrêté). Là, le budget va enfler de 70.000 € en investissement pour  acquérir et faire installer 12 caméras (à lecture de plaques d'immatriculation, motorisées sous dôme et fixes), mais il faudra y ajouter ultérieurement les coûts de fonctionnement. Et ils s'y ajoutent les coûts induits par le renforcement du personnel affecté à la Police Municipale (2 VTT, du matériel de bureau et de l'informatique, des uniformes, de la formation et de l'encadrement, ...).

Le dernier point de l'ordre du jour porte sur la réorganisation des services municipaux, avec la disparition du poste de coordinatrice du Défi Pesticides et l'affaiblissement des moyens affectés au CCAS. Mais la sécurité publique est prioritaire !